retour page d'accueil

 

DOSSIER PYRALENE

 

La réglementation impose l'élimination du pyralène avant la fin de l'année 2 010.

Nous avons donc décidé d'enquêter auprès des ICPE de Villejuif qui sont classées au titre de la détention d'un transformateur au pyralène.

Voici le rapport de notre enquête.

En fonction de ses conclusions, nous avons décidé d'écrire au préfet du Val-de-Marne. Voici ce courrier.

Ce courrier du 18 novembre 2 011 n'ayant suscité aucune réponse, nous renvoyons un courrier le 21 janvier 2 012.

Celui-ci nous vaut une réponse ... le 19 juillet 2 012. Le délai a permis à la préfecture de faire procéder à une inspection, comme expliqué dans cette réponse. Il apparaît clairement que si nous n'étions pas intervenus, rien n'aurait été fait.

Mais un contact téléphonique à un autre propos avec une responsable du service nous permet d'apprendre que le délai est maintenant fixé au 1er trimestre 2013 ! Pour en savoir plus, nous décidons de la recontacter, ce qui nous permet d'apprendre que l'INSERM a demandé un report de la date limite. En effet, depuis 2008 est entamé un travail pour la réalimentation électrique de leurs unités, et ils auraient rencontré de grosses difficultés, et ne pourraient éliminer leurs transformateurs qu'à la fin de ces travaux. La préfecture a accepté cette demande de prolongation.

Cela suscite chez nous plusieurs remarques. En premier lieu, alors que nous n'avions entendu parler par le directeur d'unité, qui nous avait reçu lors de notre enquête, que d'un seul transformateur, il s'avère qu'il en existe deux. Mais ce dernier nous avait indiqué que ce transformateur n'était plus en service (voir notre rapport d'enquête). L'INSERM serait en effet alimenté par l'hôpital. Si tel est bien le cas, et quelles que soient les difficultés rencontrées dans leurs travaux, il est difficilement compréhensible que ce ou ces transformateurs ne soient pas éliminés dans le respect des délais fixés par la réglementation.

C'est enfin le 9 avril 2 013, lors de la réunion du CIRT, que nous apprenons par les services municipaux l'enlèvement des 2 transformateurs et la destruction du pyralène, effective en octobre 2 012. Ce dossier est donc clos avec l'assurance de la disparition de tous les appareils incriminés. Nous sommes fondés à penser que notre intervention a, sinon permis de résoudre le problème, du moins accéléré considérablement la solution.